Mont Saint Helens

Mont saint – Helens

 

Localisation : Chaîne des Cascade, Etat de Washington

Contexte géographique : subduction de la plaque Juan de Fuca sous plaque Nord Amérique

Point culminant : 2549 m

Type : strato volcan

Dynamisme éruptif : explosif avec colonnes de cendres et blas latéral

 

Ses éruptions :

1480 – 1482, 1647, 1800, 1831, 1835, 1842, 1847, 1857, 1980, 2005

 

 

Le Saint Helens est un stratovolcan actif situé dans le comté de Skamania dans l'État de Washington dans la région pacifique, au Nord-Ouest des États-Unis. Il se situe à 154 kilomètres au sud de la ville de Seattle et à 85 kilomètres au nord-est de la ville de Portland. Le volcan doit son nom à Lord St Helens. Ce diplomate était un ami de l'explorateur George Vancouver qui fit une exploration de la zone à la fin du XVIIIe siècle. L'édifice, bien connu pour ses explosions relâchant des cendres volcaniques et des nuées ardentes, fait partie de la chaîne des Cascades et de l'arc volcanique des Cascades qui est un tronçon de la ceinture de feu du Pacifique comportant environ 160 volcans actifs.

Ce volcan est âgé de 37600 ans. Il est célèbre depuis l'impressionnante éruption de 1980 qui marqua la fin de 123 ans d'inactivité. L'éruption de 1980 éclate le 18 mai à 8h32 du matin. L'éruption fera 57 morts, principalement des curieux ayant réussi à pénétrer dans le périmètre interdit. On déplore le décès du volcanologue David Johnston. Le déroulement de cette éruption put être reconstitué par les nombreux témoins autour du volcan. En quelques secondes, à la suite d'un fort séisme, tout le flanc nord du volcan s'affaisse et provoque une avalanche de débris de 2 km3. Celle-ci s'engouffre dans la vallée de la rivière Toutle et fait déborder le lac Spirit. Des coulées de boue dévalent dans les vallées. 
 Le président américain Jimmy Carter voyant les dégâts déclara : « Quelqu'un disait que le paysage était lunaire mais la Lune est un terrain de golf en comparaison à ce lieu ». Une équipe de tournage fut héliportée sur le mont le 23 mai pour filmer la portée des dégâts. Ils se perdirent lors des prises de vue mais heureusement ils furent retrouvés sains et saufs le 27 mai par un hélicoptère de la garde nationale alors qu'une éruption avait encore eu lieu le 25 mai. Leur film documentaire The Eruption of Mount St. Helens devint plus tard populaire.

A noter une des rares erreurs du volcanologues Haroun Tazieff : en 1980, il avait jugé ce volcan inoffensif et l'avait qualifié de « petite Soufrière ». Finalement, il entra en éruption à quelques minutes seulement de l'heure prévue pour le retour des 30 000 personnes qui avaient été déplacées. Fait étrange, parmi les victimes figure le géologue américain David Johnston, chef de file de ceux qui estimaient que le risque était réel.

Le mont Saint Helens débuta sa croissance au Pléistocène il y a environ 37 600 ans. Durant la période Ape Canyon stage se produisirent des éruptions composées de pierres ponces et de cendres. Il y a 36 000 ans, un grand lahar coula en bas du volcan. Les coulées de boues étaient de force importante durant tous les cycles des éruptions du Saint Helens. La première période se termina il y a environ 35 000 ans et fut suivie de 17 000 années de calme. Des parties du premier cône du volcan ont été déplacées par des glaciers durant la glaciation qui eut lieu il y a 14 000 à 18 000 ans.
La seconde période éruptive, composée de nuées ardentes et de coulées de laves, commença il y a 20 000 ans et dura 2 000 ans. Après 5 000 nouvelles années de sommeil, le volcan se réveilla il y a 13 000 ans avant de se rendormir il y a 8 000 ans de cela. Cette dernière période ancienne vit la présence de coulées pyroclastiques, la montée du dôme et le recouvrement du paysage avec des ejectas.

Le repos qui dura alors environ 3 500 ans s'arrêta il y a environ 4 500 ans avec le début de la période de Smith Creek. Les éruptions crachèrent d'énormes quantités de cendres et de pierres ponces jaunes-brunes qui recouvrirent des zones de plusieurs milliers de kilomètres carrés. L'éruption qui est survenue 1 900 ans av. J.-C. est sans conteste la plus grande qu'ait connu le mont durant l'époque Holocene si l'on en juge le volume d'une couche de cendres datant de cette période. Cette période éruptive dura jusque 1 600 av. J.-C. Le volcan se reposa ensuite durant 400 ans puis se réveille à nouveau 1 200 ans av. J.-C. durant la période éruptive de Pine Creek qui fut caractérisée par de plus petites éruptions. Plusieurs coulées pyroclastiques touchèrent les vallées avoisinantes. Une grande coulée de boue obstrua en partie 65 kilomètres du cours de la rivière Lewis entre 1 000 et 500 ans av. J.-C.

La période éruptive de Castle Creek commença 400 av. J.-C. et est caractérisée par un changement dans la composition de la lave avec l'apparition d'olivine et de basalte. Le sommet d'avant 1980 commença alors à se former. Des coulées importantes de laves caractérisaient cette période par rapport aux anciennes qui étaient composées en plus grande proportion de rejets de cendres. Une coulée de lave se jeta dans les rivières Lewis et Kalama cent ans av. J.-C.. Le premier siècle de notre ère vit une coulée de boue atteindre les vallées des rivières Toutle et Kalama. Elle pourrait même avoir atteint le fleuve Columbia River. 400 ans de sommeil s'ensuivirent. Le volcan avait désormais l'apparence contemporaine magnifiquement cônique qu'on lui connaissait avant 1980. Il alterna période de sommeil et éruptions explosives. Puis il y eut la terrible activité de 1980 qui décapita son sommet. Le volcan a ensuite connu une éruption modérée en 2005.

 

 

Pour voir une petite vidéo relatant les événements de l'éruption de 1980, cliquez ici :

 

 

 

 

 

Ici un aperçu du Mont Saint - Helens avant 1980.

L'éruption a détruit le sommet !

Le sommet actuel se résume au grand cratère que l'on aperçoit sur la vidéo

 

 



01/08/2009
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 205 autres membres